Aller sur la page d'accueil Aller sur la page de recherche Aller sur la page contact Aller sur la page de connexion à son compte

Accueil > Actualités > Heyliot optimise la collecte des déchets grâce à son capteur innovant

Retour aux articles

Classé dans la catégorie : Risques pour l'environnement

Heyliot optimise la collecte des déchets grâce à son capteur innovant

Publié le

optimisation de la collecte des déchetsHeyliot, start-up rennaise fondée en 2017, a créé Heywaste, solution d’optimisation de la collecte des déchets. Combinant une plateforme informatique et un capteur de très petite taille apposé sur les contenants, Heywaste est un véritable outil d’aide à la décision : il permet d’optimiser les tournées et donc de limiter les coûts liés à la collecte des déchets.

Cyril Pradel et Loïc Coeurjoly, cumulant à eux deux 30 ans d’expérience dans le secteur des télécoms, ont créé en 2017 la Start-up rennaise Heyliot, avec, dès le départ, une ambition commune claire. « Nous souhaitions tous deux utiliser les réseaux open source LoRA et Sigfox, destinés aux objets connectés, afin de créer une solution qui soit utile à l’intérêt général et facile à mettre en œuvre », explique Cyril Pradel, président de la société. L’idée leur vient alors de s’attaquer à la problématique des déchets, sur laquelle peu de solutions adaptées sont proposées.

Une technologie pour le plus grand nombre

Les deux fondateurs imaginent alors une solution, Heywaste, qu’ils veulent accessible au plus grand nombre, notamment aux petites collectivités. Une solution, qui, en outre, consomme moins d’énergie que celles de leurs concurrents. « Nous avons conçu un petit capteur de 15 cm environ, qui tient dans la main, et qu’on installe à l’intérieur des contenants de verre, d’emballages, de compost collectif… dans l’endroit le plus haut, à l’intérieur du couvercle, afin qu’il puisse voir le fond de la cuve ». Le capteur utilise alors un laser très précis qui détecte l’état de remplissage du contenant à déchets pour au moins 5 ans. Relié à une plateforme informatique qui analyse ses données, il permet aux clients de comprendre les changements d’habitudes des usagers et de collecter moins souvent.

20% d’économies réalisées

« Nos clients actuels se composent de nombreuses collectivités, mais aussi de parcs d’attractions, de campings, de collecteurs de déchets nationaux ou associatifs ou de fabricants de contenants », détaille Cyril Pradel. L’intérêt pour leurs clients n’étant pas d’indiquer quelle route prendre aux véhicules de ramassage, mais plutôt de savoir s’il leur est nécessaire de s’arrêter ou pas. « Nous ne géolocalisons pas les camions par souci de confidentialité. Notre objectif est d’analyser les performances d’un parc de contenants : combien de temps restent-ils vides ? À quel moment sont-ils le plus fréquenté ? C’est de la data utile, qui permet de baisser les coûts opérationnels qui ne cessent d’augmenter. » En moyenne, les clients d’Heyliot réalisent 20% d’économie sur leurs collectes de déchets depuis qu’ils utilisent la solution.

Un capteur éco-conçu et résistant au lavage

capteur HeyliotParticularité supplémentaire de la solution Heywaste : le capteur est fabriqué en France. « Nous avons à cœur de faire travailler le tissu local. Nos capteurs sont donc fabriqués à Cesson-Sévigné, à proximité immédiate de Rennes », précise Cyril Pradel. La Région Bretagne, ainsi que l’Ademe (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie) ont ainsi décidé de soutenir l’entreprise, l’Ademe leur ayant même récemment accordé une subvention de 100 000 € dans le cadre du plan de relance et de les répertorier comme entreprise œuvrant à la transition écologique. « En outre, notre capteur est le seul sur le marché résistant au lavage à haute pression et dont la pile est facilement remplaçable ».

Une start-up en plein développement

Composée au départ de ses deux fondateurs, la start-up Heyliot ne cesse de se développer depuis sa création. La société compte actuellement 16 salariés, et recrute régulièrement. Elle sera par ailleurs prochainement en phase de levée de fonds. « Notre objectif pour le futur est de poursuivre notre déploiement en France et en Europe. » Mais leurs ambitions touchent également aux problématiques de données. « Nous avons collecté 4 millions de données en un an, et c’est exponentiel. À terme, notre autre objectif est de construire une stratégie de valorisation de la donnée afin de mieux comprendre la production de déchets et d’apporter une aide réelle à la décision publique ».

Réagissez en laissant votre commentaire !

Les derniers produits des risques professionnels

Réagissez en laissant votre commentaire !