Aller sur la page d'accueil Aller sur la page de recherche Aller sur la page contact Aller sur la page de connexion à son compte
Aller sur le compte Facebook Aller sur le compte Linkedin Aller sur le compte twitter Aller sur le compte Vimeo
S'abonner à la lettre du risque

Newsletter

Produits

{{{name}}}

Services

{{{name}}}

Fabricants

{{{name}}}

Experts

{{{name}}}

Fiches pratiques

- {{{name}}}

Actualités

- {{{name}}}

Normes

- {{{name}}}

Solutions

- {{{name}}}

Accueil > Actualités et normes > Mesures de prévention des sinistres pour le stockage et le transport des cargaisons

Croix pour fermer

Risques dans les bâtiments

Mesures de prévention des sinistres pour le stockage et le transport des cargaisons

Publié le

La pandémie a entraîné des changements soudains dans le transport des marchandises, ce qui a eu des répercussions sur les expéditeurs et les entreprises de transport dans le monde entier et a potentiellement augmenté l'environnement de risques, en particulier pour les marchandises de grande valeur et sensibles à la température. Les consultants en risques d'Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS) soulignent un certain nombre de mesures que les propriétaires de cargaisons doivent prendre en considération lors de l'élaboration de plans d'urgence.

Alors que dans la plupart des cas, les premières directives gouvernementales ont établi le transport de fret comme une activité essentielle, autorisée pendant toute période de quarantaine, un grand nombre d'entreprises cessent leurs activités et ne sont actuellement pas en mesure de traiter le fret. La nouvelle de la fermeture d'une entreprise ne parvient pas toujours aux transporteurs pour les marchandises en transit avant leur arrivée à la destination prévue. Il peut en résulter un stockage involontaire des cargaisons dans des zones à haut risque sans contrôles de sécurité ou mesures de protection appropriés et une augmentation des niveaux de stock dans les lieux statiques. Il peut également en résulter des dommages aux marchandises périssables ou sensibles à la température. L'analyse des sinistres dans le secteur de l'assurance maritime effectuée par Allianz Global Corporate & Specialty sur une période de cinq ans montre que les marchandises endommagées, y compris les conteneurs, sont le facteur le plus fréquent dans le secteur du transport maritime, représentant plus d'un sinistre sur cinq, sur la base de plus de 230 000 demandes d'indemnisation[1].

"La situation actuelle de pandémie a eu un impact sans précédent sur la chaîne d'approvisionnement mondiale et les risques pour les cargaisons en stockage et en transit, en particulier pour les marchandises de grande valeur et sensibles à la température, ont considérablement augmenté", déclare le capitaine Rahul Khanna, directeur monde du conseil en risques maritimes chez AGCS. "Des installations bloquées et sans personnel signifient non seulement un risque accru de vol et d'incendie de la cargaison, mais aussi un risque de dommages aux marchandises en raison des périodes de stockage prolongées. Les perturbations du transit des cargaisons dues à la fermeture des frontières, aux retards de dédouanement ou simplement au manque de personnel peuvent entraîner de longs retards dans les délais de livraison ou même l'abandon des cargaisons. Les entreprises doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour mettre en place une planification solide des expéditions de marchandises et s'assurer qu'elles disposent de plans de secours en raison des fermetures de dernière minute que nous constatons dans le monde entier".

Les consultants en risques d'AGCS exposent un certain nombre de mesures de prévention pour les propriétaires de cargaisons, en se concentrant sur deux domaines en particulier : les risques pour le stockage des cargaisons et les risques pour les marchandises en transit.

Atténuer les risques dans les zones de stockage des cargaisons

L'accumulation de cargaisons sans surveillance dans les entrepôts engendre la menace supplémentaire du vol et du crime organisé. Dans la mesure du possible, les entreprises devraient renforcer la sécurité des entrepôts et vérifier la fiabilité des alarmes. Elles devraient également envisager de vérifier si l'immobilisation prolongée des remorques chargées en dehors des entrepôts peut être évitée, car cela augmente le risque de vol et de détérioration des cargaisons. L'épidémie de coronavirus étant susceptible de provoquer une perturbation prolongée des chaînes d'approvisionnement, les délais de rotation des stocks augmenteront et la capacité des espaces d'entreposage sera limitée. Les entreprises devraient donc également identifier d'autres capacités d'entreposage au cas où les espaces occupés ne pourraient plus recevoir de cargaison en toute sécurité.

Atténuer les risques pour les marchandises en transit

Dans la mesure du possible, les entreprises doivent obtenir la confirmation que la destination finale est en mesure de recevoir la cargaison avant de commencer l'expédition. Si nécessaire, il faut se préparer à l'éventuelle non-réception du fret à la destination finale, car un nombre croissant d'organisations cessent leurs activités à titre préventif dans des délais très brefs. Les entreprises doivent également s'efforcer d'identifier la quantité de marchandises en transit et d'obtenir des transporteurs des informations sur leur statut. Si la destination prévue n'est pas en mesure de recevoir une cargaison, il faut vérifier s'il est possible de rechercher d'autres destinations.

Les entreprises doivent également considérer d'utiliser des remorques équipées de la technologie GPS chaque fois que cela est possible et d'intégrer des dispositifs de surveillance IOT (Internet des Objets) dans l'emballage des cargaisons afin d'améliorer la visibilité de l'expédition. Ces dispositifs sont capables d'assurer le suivi GPS des marchandises en transit et peuvent fournir des informations de localisation en temps réel en cas de déviation ou de retard de l'expédition.

Dans la mesure du possible, les entreprises devraient également revoir les dispositions relatives aux cargaisons périssables. Les produits alimentaires et pharmaceutiques utilisés dans le cadre de l'intervention contre l'épidémie de coronavirus ont été traités en priorité pour la capacité de contrôle de la température. Par conséquent, les denrées périssables non critiques seront soumises à un temps de transit plus long à mesure que la capacité de contrôle de la température sera étendue. Il faut envisager de revoir la conception des emballages pour s'assurer que les dispositifs adoptés sont en mesure de maintenir la température requise des produits pendant une période prolongée. Des modes d'emballage ou de stockage supplémentaires devraient être envisagés pour les produits périssables "juste à temps" qui ne sont pas considérés comme critiques selon les dernières directives.

Pour consulter le Bulletin de Risques complet (en anglais) sur les mesures de prévention des sinistres pour le stockage et le transport des cargaisons, cliquez ici.

Réagissez en laissant votre commentaire !


Partagez sur les réseaux sociaux

Inforisque sur Facebook Inforisque sur Linkedin Inforisque sur Twitter Inforisque sur Vimeo

Les dernières actualités

Image Risques pour l'Homme au travail

5
Juin
2020

Risques pour l'Homme au travail

Covid-19 : le port des masques en entreprise

Lire la suite
Image Institutionnels

5
Juin
2020

Institutionnels

L'agence EU-Osha au chevet européen des TMS

Lire la suite
Image Risques pour l'Homme au travail

5
Juin
2020

Risques pour l'Homme au travail

Télétravail : comment éviter les pièges de cette formule pour en profiter sans s’exposer aux risques ?

Lire la suite

Les derniers produits