Aller sur la page d'accueil Aller sur la page de recherche Aller sur la page contact Aller sur la page de connexion à son compte

Accueil > Actualités > Octopus : Une méthode unique pour construire sa culture sécurité

Retour aux articles

Classé dans la catégorie : Général

Octopus : Une méthode unique pour construire sa culture sécurité

Publié le

ordinateur avec plein de petits mot pour organiser sa culture sécuritéQu'est-ce que la culture sécurité au travail ?

La culture sécurité est un ensemble de façons de faire et de manières de penser qui doivent être largement appliquées par l’ensemble des acteurs d’une entreprise.

Toutes ces actions rapportées à vos activités reflètent la philosophie idéale pour travailler en toute sécurité, au-delà des procédures mise en place.

Avez-vous un exemple concret ?

A quoi sert un ingénieur sécurité s’il utilise la répression et jamais la pédagogie à la suite d’un écart sécurité ?

A quoi ça sert de faire des plans d’actions à tour de bras si aucun suivi n’est fait par la suite ?

Eh bien c’est ce genre de comportements que l’on voit trop souvent et qui montre une absence totale de culture sécurité.

Pourquoi mettre en place une culture sécurité ?

Une croyance trop souvent répandue est qu’un évènement sécurité est dû à une erreur humaine ou à des comportements inadaptés des opérateurs sur le terrain.

Depuis une trentaine d’année, on s’est aperçu que les défaillances organisationnelles sont également responsables d’évènements sécurité comme le manque de clarté des procédures, une organisation fragile ou un traitement des alertes uniquement de surface. Ces « détails » sont à l’origine des catastrophes comme AZF, Tchernobyl ou plus localement, l’accident de travail au sein de votre entreprise.

Le but d’une culture sécurité est d’instaurer les bonnes pratiques et faire acquérir à tous les bons réflexes de façon durable pour viser le zéro accident en permanence.

Quelle différence entre une culture sécurité faible et forte ?

Comme je l’évoquais plus haut, le but d’une culture sécurité est d’agir sur le long terme.

Prenons un exemple simple avec un employé qui se brûle la main avec une pièce métallique.

Le 1er réflexe est de lui donner une paire de gants pour se protéger contre les brûlures. Dans ce 1er cas, vous avez donc une culture sécurité faible car vous ne traitez que les conséquences visibles.

Dans ce même exemple, vous analysez ou faites analyser maintenant la situation en profondeur. Vous pourrez peut-être constater que la pièce n’aurait pas dû être là, qu’un outil était défaillant ou que ce nouvel agent n’avait pas reçu un bon accueil sécurité …

Dans ce second cas, ce diagnostic en profondeur va vous permettre de donner le bon traitement à la situation donnée et vous aurez ainsi évalué la situation avec une culture sécurité forte pour des résultats durables.

Quels sont les avantages de renforcer une culture sécurité ?

Les enjeux sont nombreux et le côté humain nous vient en premier à l’esprit mais pas seulement. Au-delà du fait que la sécurité et la sauvegarde de l’intégrité des personnes sont primordiales, il y a également le coût de chaque accident, tant pour l’employé que pour l’entreprise.

En effet, le coût (direct et indirect) d’un accident de travail de + de 3 mois est en moyenne de 93.000 € environ, sans compter les pertes financières pour la personne qui a subi l’accident.

Au niveau organisationnel, le remplacement de la personne accidentée et la formation de son remplaçant a un coût et perturbe de plus le fonctionnement interne de l’entreprise.

Enfin, si un employé décède ou est gravement blessé parce que l’entreprise n’a pas mis en place les bonnes mesures de sécurité, ce sera une réputation entachée sur du long terme pouvant mettre en péril l’entreprise elle-même.

Parlons maintenant de votre méthode "Octopus", de quoi s'agit-il ?

méthode Octopus pour organiser la culture sécurité de l’entreprisePour faire un parallèle médical, il faut un bon diagnostic pour donner un bon traitement.

Notre méthode sert donc à analyser en profondeur et de façon holistique, l’ensemble des facteurs influents sur la culture sécurité de l’entreprise.

Grâce à nos 99 questions réparties en 8 familles (comme les 8 bras de la pieuvre ou Octopus), nous sommes capables de diagnostiquer avec précision les faiblesses de la culture sécurité de chaque entreprise.

En fonction de nos résultats, nous classerons chaque famille sur une échelle de 1 à 5, sachant que 5 est le plus haut niveau de culture sécurité et qui est de fait, une évolution du niveau précédent.

Les 5 niveaux sont :

Niveau 1 : Inconscience

L’inconscience est un niveau où les agents ne se soucient pas ou peu de la sécurité, voire même de la santé. Il arrive même que le fait de contourner le règlement sécurité soit un jeu où les personnes trouvent du plaisir à ne pas se faire attraper par le service QSE. Si vous parlez d’évènements sécurité, vous entendrez régulièrement que cela fait X années que cela se passe comme çà et que le risque fait partie du métier.

Niveau 2 : Réaction

Dans ce niveau, les encadrants prennent la sécurité au sérieux mais ne sont pas encore assez mûrs pour anticiper les accidents ou autres évènements sécurité. Leur capacité est donc de réagir aux évènements.

Le discours entendu sera souvent du genre « les gars n’ont pas écoutés » ou alors « nous avons réalisé encore un plan d’action suite à … » mais les évènements non remontés seront en général masqués.

Niveau 3 : Statistique

A ce niveau, l’entreprise maitrise les chiffres et autres tableaux de bord QSE. J’appelle cela « l’effet pastèque » car les chiffres sont au vert tandis que si on creuse plus profond, on s’aperçoit que la culture sécurité est au rouge.

A ce niveau-là, l’entreprise possède bien un SMS (Système de Management Sécurité) mais se soucie plus de ces chiffres que de la sécurité sur le terrain proprement dit. Etant donné que les encadrants maitrisent bien les différents tableaux de bord et que les audits sécurité se passent relativement bien, il y a toujours des blessés sur le terrain et bien entendu, la faute d’un système « ne fonctionnant pas bien ».

Niveau 4 : Action

signes idée, à faire, faire, faitLà on ne gère pas le passé mais le futur. C’est-à-dire qu’au lieu de travailler sur les évènements des semaines précédentes, on essaie d’anticiper les accidents futurs en prenant des mesures volontairement avant que l’on y soit obligé.

Dans ce genre d’entreprises, les agents de tous grades sont concernés et impliqués dans chaque action QSE comme, par exemple, dans la résolution de problèmes, dans les analyses de risques ou des participations à certains groupes de travail.

Niveau 5 : Ambassadeur

Dans ce dernier niveau, l’ensemble des employé(e)s est impliqué grandement dans la démarche sécurité et prévention de l’entreprise. En intervenant de leur propre chef sur des situations à risques ou en distillant le bon discours aux équipes sans qu’on leur demande, les employé(e)s sont de véritables ambassadeurs de la sécurité au sein de leur entreprise.

A ce moment précis, nous pouvons dire que nous avons développé une réelle culture sécurité au sein de notre collectif.

Dans quels secteurs d'activité intervenez-vous ? Dans quels types d'entreprise ? Et en combien de temps ?

L’accident de travail ne choisit pas son secteur professionnel ou son type d’entreprise. A partir de ce constat, nous intervenons dans n’importe quelle entreprise, peu importe sa taille ou son secteur d’activité.

Pour ce qui est du temps d’intervention, cela varie de 2 jours pour de petites structures jusqu’à plusieurs semaines. Le but est de faire un diagnostic précis grâce à notre méthode Octopus.

Plus nous aurons de réponses à nos questions et plus notre diagnostic sera précis. Ipso facto, nos préconisations seront extrêmement pertinentes.

Pourquoi faire appel à Hawk Prévention ?

« Le but n’est pas de surveiller les hommes mais bien de veiller sur les hommes »

Comme je l’évoquais plus haut, un bon traitement dépend obligatoirement d’un bon diagnostic.

Il arrive parfois que nous fassions des constats où les entreprises sont en grande difficulté avec un niveau de culture sécurité extrêmement bas. Mais cela ne représente que 10% environ d’entreprises classées Niveau 1.

Ensuite, la grande majorité des entreprises sont classées Niveau 3, voire 4 mais n’ont pas encore assez de maturité pour comprendre que le but n’est pas de surveiller les hommes mais bien de veiller sur les hommes, ce qui n’est pas du tout pareil.

Chez HAWK Prévention, nous avons une approche de « bon père de famille » où la logique de répression et remplacé par une logique de pédagogie.

Grâce à notre accompagnement, nos conseils et notre suivi, nous ferons le maximum pour que vous puissiez être les nouveaux ambassadeurs d’une culture sécurité innovante et performante pour le bien de tous.

Réagissez en laissant votre commentaire !

Les derniers produits des risques professionnels

Réagissez en laissant votre commentaire !