Les travailleurs isolés 

Définitions

Aucune réglementation ne définit la notion de travailleur isolé, mais il est d'usage de considérer qu'un travailleur isolé est une personne qui effectue un travail hors de vue ou de voix et qui ne peut être secouru dans des délais courts en cas d'accident. La durée maximale d'isolement (1 heure dans la plupart des cas) varie suivant le risque encouru. L'isolement peut également être physique ou psychique.

Il existe plusieurs termes concernant les dispositifs de protection des travailleurs isolés :

  • PTI : Protection du Travailleur Isolé
  • DATI : Dispositif d'Alarme pour Travailleur Isolé
  • API : Alarme Portative Individuelle

Mais quelque soit le terme que vous rencontrerez, ils définissent tous le même produit. Le terme officiellement adopté par l'INRS est le DATI.

La législation

Les obligations de l'employeur sont basées sur le l'article L 230-2 du code du travail : « Le chef d'établissement prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs de l'établissement… ».

Attention : le chef d'entreprise (et/ou son délégataire) pourra voir sa responsabilité pénale et civile recherchée.

On notera les textes suivants :

La recommandation R.252 de la Caisse Nationale d'Assurance Maladie de juillet 1966 pour les postes de travail isolés et dangereux.

  • LOI 91.1414 du 31 décembre 1991 Relative à la prévention des risques professionnels, à la santé et à la sécurité du travail.
  • Le décret 92.158 du 20/02/1992 Relatif aux prescriptions d'hygiène et de sécurité
  • Article R 237-10 du code du travail Lorsque l'opération est exécutée de nuit ou dans un lieu isolé ou à un moment où l'activité de l'entreprise utilisatrice est interrompue, le chef de l'entreprise extérieure concerné doit prendre les mesures nécessaires pour qu'aucun salarié ne travaille isolément en un point où il ne pourrait être secouru à bref délai en cas d'accident. S'il s'agit de travaux effectués dans un établissement agricole, ne sont visés par les dispositions de l'alinéa précédent que les travaux réalisés dans les locaux de l'exploitation, de l'entreprise ou de l'établissement ou à proximité de ceux-ci. Nota : Décret 92-158 du 20 février 1992 art. 1 (art. R237-1) : les dispositions du présent chapitre ne s'appliquent pas aux travaux relatifs à la construction et à la réparation navales.
  • Article du code du travail R 252 du 13 juin 1984 Tout salarié doit faire l'objet d'une surveillance directe ou indirecte de jour et de nuit.
  • Directives CEE
  • Art R233.1: le chef d'établissement doit mettre, en tant que besoin, les équipements de protection individuelle appropriés.
  • Art R233-42-1 : le chef d'établissement et le CHSCT déterminent les conditions pour lesquelles les équipements de protection individuelle doivent être mis à disposition.

Quelques chiffres

En 1980 l'INRS commence à s'intéresser à la problématique du travailleur isolé. Depuis, on recense 3 lois, 7 arrêtés, une dizaine de décret et plus de 50 recommandations. Attention, pour un juge, une recommandation est en général considérée comme une obligation.

La base de données EPICEA de l'INRS nous informe que les accidents ayant pour origine une chute représentent environ 20% ; c'est un des risques majeurs avec les véhicules et les machines. C'est également une des 3 plus grandes source d'accidents mortels.

7,2% des travailleurs se déclarent être en situation d'isolement au cours de leur travail (enquête DARES). 4% au moins de tous les AT enregistrés dans la base concernent des travailleurs isolés (base EPICEA).

Démarche de prévention

Déterminer les caractéristiques du poste de travail isolé

  • Caractéristiques du personnel concerné
  • Conditions de l'isolement
  • Formes et durées d'isolement au cours du travail réel effectué par l'opérateur
  • Contraintes particulières du poste et de la tache pour aider au choix ultérieur du système d'alarme
  • Nature des risques encourus
  • Conditions de sécurité requises

Elaborer un plan de mesures

  • Prévention directe : Aménager le poste et l'environnement de travail
    • Améliorer l'éclairage, atténuer le niveau sonore, aménager les accès,..
    • Mettre en place des EPC et/ou EPI
  • Prévention indirecte : Organiser le travail
    • Informer les salariés sur les risques
    • Former les salariés
    • Définir et mettre en oeuvre des moyens de communication et d'échanges
    • Prendre les mesures d'organisation
  • Sécurité ultime : Agir sur l'organisation des secours
    • Alerter de manière fiable et rapide
      • déclencher, transmettre, réceptionner et localiser l'alarme
      • choisir les moyens d'alarme appropriés
    • Secourir le plus rapidement possible
      • organiser les secours avec élaboration d'un plan d'intervention précis

Les activités interdites à un travailleur seul

Certaines activités doivent faire l'objet d'une surveillance (par une personne qualifiée) et par conséquent ne peuvent être réalisées par un travailleur seul. Il est néanmoins possible d'obtenir une dérogation dans certains cas.

Les principales activités concernées :

  • travail en hauteur (Code du Travail, article R4323-61)
  • manoeuvres de camions et engins (décret du 8 janvier 1965)
  • équipement de travail servant au levage de charge (Code du Travail, article R4323-41)
  • travaux en puits ou galerie (décret du 8 janvier 1965)
  • travaux électriques effectués hors tension et sous tension (décret n°88-1056 du 14/11/1988)
  • travaux exposant à un risque de chute dans l'eau (arrêté du 25/07/1974)

Les moyens de protection

Pour ce qui concerne le travailleur isolé, cette approche conduira à l'évidence, à rechercher en priorité des mesures organisationnelles, mais aussi des mesures de formation et d'information des travailleurs appropriés aux problèmes spécifiques liés à l'isolement.

Une procédure de contrôle régulière de la présence du travailleur peut être suffisante. Une question simple à se poser est « Comment je sais où se trouve telle personne ? ». Cela peut être un tableau avec les lieux d'intervention, un badge scanné régulièrement, une procédure d'appel…

Si la victime ne peut pas donner l'alarme (inconsciente, immobile,…), les moyens d'alarmes possibles sont :

  • Les appareils DATI
  • Autres alarmes : systèmes de production, appels ou passages réguliers, contrôles ou visites
  • Tierce personne

L'analyse d'un poste de travail isolé doit prendre en compte le type, la fréquence et la dangerosité du risque encouru.

Quoi qu'il en soit, il faut garder à l'esprit que le dispositif à mettre en place soit accepté par le travailleur et le moins contraignant possible, sinon il risque de ne pas être utilisé.

 

Liens

 

Si vous souhaitez participer à cette rubrique en soumettant des articles, ou des liens, n'hésitez pas...

 

PARTAGEZ

UNE SOCIETE A DECOUVRIR

SYNAMAP
SYNAMAP
Organisation interprofessionnelle créée en ...
(en savoir plus)

L'ACTUALITE 

DERNIERS PRODUITS