La sécurité des racks de stockage 

Edité le : 12/05/2011.

Les racks de STOCKAGE : DES RISQUES PERMANENTS totalement sous-estimés.

Les installations de stockage (essentiellement les « racks à palettes» de tous types) présentent des dangers permanents très largement sous-estimés par les exploitants de ces équipements.

Les 2 risques principaux sont :

  • La chute d'une palette, d'un contenant ou d'un colis stocké dans les racks.
  • L'effondrement de la structure elle-même

1er risque : La CHUTE d'une charge

La chute d'une charge (palette ou colis) depuis son emplacement de stockage survient généralement lors des opérations de chargement-déchargement des palettes. Il peut s'agir de la manipulation de la palette concernée, mais aussi de l'une de celles qui lui sont adjacentes.

Une telle chute de hauteur d'une charge peut avoir des conséquences dramatiques si un opérateur se trouve dans la zone concernée.

Les raisons d'une telle chute de colis peuvent être nombreuses :

  • Rupture de la palette
  • Mauvais empilement ou déséquilibre des colis sur la palette
  • Profondeur du rack inadapté aux palettes utilisées
  • Largeur des allées inadaptée aux engins en circulation
  • Sol en mauvais état générant des mouvements important du mât des engins de manutention
  • Ancienneté des engins de manutention
  • Erreur de manipulation
  • Etc ...

Les solutions pour réduire les conséquences d'un tel incident existent mai sont trop rarement encore mises en œuvre :

  • Platelages sur les niveaux pour le stockage de palettes non-euro
  • Grillages ou filets anti-chute arrières et/ou latéraux
  • Filmage ou cerclage systématique des palettes instables
  • Audit de validation des caractéristiques des équipements par rapport aux besoins de l'exploitation

2ème risque : L'EFFONDREMENT de la structure de stockage

Ce risque gravissime est la résultante d'une approche segmentaire de la sécurité des installations de stockage. Aucun des intervenants (fabricants de racks, fabricants d'engins, caristes et exploitants) n'intègre réellement les impératifs issus des autres parties prenantes.

Par exemple : les racks à palettes sont conçus en intégrant le fait que ces installations doivent être exploitées dans le cadre d'un « usage normal », ce terme sous-entendant que les charges ne viennent à aucun moment en contact brutal des structures et que les caristes les manipulent « délicatement ».

Tout professionnel de la logistique sait ce qu'il en est dans la réalité.

Mais sur cette base, le calcul des structures de racks n'intègrent des poussées horizontales que pour 5% des charges manipulées, pour compenser les défauts géométriques. Pour une installation prévue pour des palettes de 1000 Kg, cette poussée intégrée dans les calculs est donc limitée à … 50 Kg.

Les racks à palettes sont donc structurellement fragiles.

Cette fragilité du rack est masquée par une apparence de robustesse et un effet « masse » quand il est chargé. Mais ce n'est qu'une structure squelettique, auto-stable, dont la stabilité n'est assurée que par la rigidité de ses composants, par la performance des accrochages lisses/montants et par les ancrages au sol (sauf dans le cas d'installations contreventées). Pour que les efforts et sollicitations soient correctement absorbés et transmis, il est nécessaire que les structures conservent une géométrie générale quasi-parfaite, et que l'ensemble de leurs composants conservent leurs caractéristiques géométriques initiales.

Hors tous les racks à palettes sont soumis au quotidien à de nombreuses sollicitations : impacts locaux, chocs, frottement du chariot ou des palettes sur la structure, poussées et tractions de mise en place des charges, effet dynamique des palettes lors d'une dépose brutale, pressions des châssis des chariots sur les montants quand les allées sont trop étroites, etc …

Pour toutes ces causes, il est donc rare que ces structures conservent longtemps leur bon état et leur intégrité.

Hors nous l'avons vu plus haut dans cet article, ces structures ne sont pas conçues pour absorber des «chocs anormaux» d'exploitation ou des sollicitations répétées. Sous ces sollicitations prohibées, elles vont progressivement se déformer, perdre la géométrie qui assure leur stabilité, et perdre ainsi leur capacité d'absorption ou de résistance.

A noter que ces installations sont d'autant moins rigides et résistantes que les alvéoles sont plus grandes (lisses longues et niveaux espacés en hauteur).

Quand un rack est impacté c'est tout le rack en tant que « meuble auto-stable » qui est sollicité et qui peut être mis en mouvement. Hors un tel « meuble auto-stable » peut représenter un cumul de charges stockées de plusieurs centaines de tonnes.

LE DANGER MAJEUR : Les destructions progressives, lentes et progressives

La vraie source de danger est pernicieuse : elle consiste en la destruction lente et progressive de l'installation par des atteintes quotidiennes aux structures (chocs, tractions, poussées, desserrages des ancrages et de la boulonnerie, surcharges localisées ou ponctuelles). Ce véritable travail de sape fragilise progressivement l'installation dans une insouciance généralisée, en impactant et réduisant les capacités nominales des différents composants et en altérant la géométrie générale des meubles qui pourtant devrait rester quasi-parfaite pour assurer leur stabilité.

ACTIONS PREVENTIVES

Pour les installations neuves

Avant toute mise en exploitation, il faut faire réaliser une réception contractuelle de l'installation par un tiers indépendant (ni monteur, ni fournisseur) qui devra idéalement valider les aspects suivants :

  • La qualité du montage réalisé (géométrie des structures et respect de l'ensemble des règles de l'art)
  • Présence et adéquation des éléments de sécurité passive
  • La concordance entre le projet calculé et la réalité installée
  • L'adéquation entre l'installation réalisée et l'usage prévu (nature des charges, poids, etc..)
  • L'adéquation entre l'installation réalisée et les caractéristiques des engins de desserte

Pour les installations déjà en exploitation

Il faut réaliser des visites annuelles de contrôle pour identifier tous les composants déformés ou impactés qui devront être remplacés. En procédant ainsi, on permettra à l'installation de conserver ses capacités nominales et on évitera sa lente dégradation invisible.

Mais pour être pertinente et efficace, une telle visite ne doit pas se contenter de relever l'état des matériels, en listant les composants manquants ou défectueux. Elle doit également et impérativement poser un diagnostic sur les différentes adéquations dont dépend l'intégrité du rack et sur son environnement :

  • Adéquation structures / charges stockées
  • Adéquation engins de desserte / structures
  • Adéquations engins de desserte / implantation
  • Présence et pertinence de la signalisation et de la signalétique
  • Présence et pertinence des accessoires de sécurité passive
  • Circulations

En effet, dans une installation de racks à palettes, seuls les racks sont immuables alors que l'ensemble de leur environnement est susceptible de se modifier au fil des besoins de l'exploitation :

  • Modification des caractéristiques des charges stockées
  • Renouvellement régulier des engins de desserte
  • Ré-affectation des zones libres au sol
  • Changement du mode d'exploitation
  • etc ...

Il faut donc régulièrement valider la cohérence globale de l'ensemble de l'entrepôt, et de ses équipements entre eux.

Pour toutes les installations

Une maintenance permanente et systématique des racks à palettes est indispensable au maintien de leur sécurité. Un rack à palettes doit être régulièrement contrôlé et être exploité avec conscience. Les visites annuelles de contrôle doivent être suivies d'opérations de remise en état et de remplacement de pièces hors d'usage. C'est à ces seules conditions que les effondrements de racks pourront être évités, ou que leurs conséquences seront limitées si un accident imparable devait malgré tout survenir.

Le CADRE REGLEMENTAIRE

Différents textes concernant l'utilisation et la maintenance des racks à palettes :

Tous ces documents ne sont pas, à ce jour (avril 2012), d'application obligatoire mais ils forment les Règles de l'Art de la profession.

Ces différents textes ont une trame générale identique, mais diffèrent sur l'étendue des domaines couverts et sur les critères d'évaluation de l'état des composants. Ils n'intègrent aucune pondération selon le type d'installation, selon ses dimensions et caractéristiques, selon la localisation des défauts constatés. Cela rend leur application «au pied de la lettre» pour le moins délicate.

Seul un professionnel expérimenté et indépendant de tout fabricant pourra apporter à l'exploitant-utilisateur de tels racks une appréciation cohérente et motivée.

ONIX-Expertise 

Auteur : Christian WODLI – Expert – Directeur Technique ONIX-Expertise.

 

En savoir plus sur les solutions dédiées aux Risques d'effondrements (chutes d'objets) proposés par Inforisque.info.

 

Si vous souhaitez participer à cette rubrique en soumettant des articles, ou des liens, n'hésitez pas...

 

PARTAGEZ

UNE SOCIETE A DECOUVRIR

PIALYS
PIALYS
Tous les jours l’actualité fait la dé...
(en savoir plus)

L'ACTUALITE 

DERNIERS PRODUITS