Les chutes et glissades de plain-pied 

Edité en 2011.

Les chutes et glissades de plain-pied représentent un risque auquel chacun peut être confronté.

Obligations réglementaires

  • Le décret n° 85-603 du 10 juin 1985 modifié stipule que :
    • les collectivités territoriales sont soumise s au Code du Travail ;
    • les locaux de travail doivent être tenus dans un état constant de propreté et présenter les conditions d'hygiène et de sécurité nécessaire à la santé des personnes.
  • Le Code du Travail
    • Art. R. 4224-3 : “ Les lieux de travail intérieurs et extérieurs doivent être aménagés de telle façon que la circulation des piétons et des véhicules puisse se faire de manière sûre. ”
    • Art. R. 4225-1 : “ Les postes de travail extérieurs doivent être aménagés de telle façon que les travailleurs... ne puissent glisser ou chuter. ”
    • Art. R. 4224-18 : “ Les locaux de travail et leurs annexes sont régulièrement entretenus et nettoyés ; ils doivent en outre être exempts de tout encombrement. ”
    • Art. R. 4216-12 relatif à la conception des escaliers et de leurs marches.

Définition

Les glissades, trébuchements, faux-pas et autres pertes d'équilibre sur une surface “ plane ” sont regroupés sous l'expression “ accidents de plain-pied ”, y compris s'il n'y a pas à proprement parler de chute (la victime peut avoir rétabli son équilibre). Selon les cas, ne sont prises en considération que les surfaces ne présentant aucune rupture de niveau ou bien présentant des ruptures de niveaux réduites (telles que trottoir, marches ou plan incliné). Sont exclues les pertes d'équilibre entraînant des chutes de hauteur (d'escabeau, d'échelles, d'échafaudages...).

Origines des accidents de plain-pied

Les chutes de plain-pied sont la conséquence d'une perte d'équilibre, facteur déclenchant de l'accident. Une perte d'équilibre est due à une combinaison de facteurs d'ordre matériel, environnemental, organisationnel et individuel. Chaque facteur de risques pris isolément contribue peu à la survenue d'un accident de plain-pied. C'est la conjonction de plusieurs de ces facteurs qui rend une situation dangereuse.

Quelques exemples de facteurs déclenchant sont énumérés ci-dessous :

  • Facteurs d'ordre matériel
    • faible résistance au glissement ou mauvais état des sols, - systèmes d'accès aux véhicules et aux machines absents ou mal conçus,
    • chaussures inadaptées ou abîmées.
  • Facteurs d'ordre environnemental
    • obstacles imprévus,
    • éclairage insuffisant
    • ambiance climatique.
  • Facteurs d'ordre organisationnel
    • les contraintes temporelles (travail dans l'urgence),
    • l'organisation temporelle des tâches (gestion des plannings),
    • le nombre de tâches à effectuer en même temps.
  • Facteurs d'ordre individuel
    • non respect des consignes,
    • non détection du risque,
    • méconnaissance de la situation de travail.

Mesures de prévention

Les mesures de prévention intégrée

La prévention des risques professionnels est toujours plus efficace et plus économique lorsqu'elle est intégrée dans les projets de conception et d'implantation des bâtiments, équipements et des situations de travail. Afin de limiter les risques de chutes, différentes mesures doivent être mises en place dès la conception, concernant :

  • la sécurisation des escaliers,
  • la sécurisation des voies de circulation,
  • la nature des sols,
  • l'optimisation des éclairages.

Equipements de protection individuelle

Des chaussures de sécurité, de protection ou de travail . Ces trois types de chaussures, antidérapantes, répondent à des exigences minimales définies par des normes :

Normes Embout Désignation Marquage Public concerné
EN 345 Résistance de la coquille 200 joules Sécurité
S
Service technique
EN 346 Résistance de la coquille 100 joules Protection
P
Service technique
EN 347 Sans embout Travail
O
ATSEM

Mesures de protection collective

  • Effectuer un recensement des escaliers et une analyse des accidents déclarés et des témoignages des utilisateurs afin de compléter les équipements (mise en place de rambardes ou de nez de marches antidérapant...).
  • Veiller à ce que l'éclairage naturel et artificiel soit en bon état de fonctionnement.
  • Signaler les endroits avec des risques particuliers (ex : sols mouillés, trappes ouvertes...). - Veiller à ce que le sol soit en parfait état (pas d'affaissement, de trous...).
  • Établir un plan de rangement (cartons, palettes, tuyaux).
  • Élaborer un plan de circulation.
  • Ne pas négliger le rangement des fils électriques, d'informatique et de bureautique.

Formation

  • Cette information lors de l'accueil sécurité doit permettre aux agents d'identifier les risques potentiels, de prendre connaissance et de respecter les consignes de sécurité, de manière à adapter leur comportement au lieu de travail.
  • Elle a pour but de faire passer des messages essentiels aux agents tels que :
    • Ranger pour maintenir l'ordre matériel et ne pas encombrer les voies,
    • Utiliser les rampes et main-courantes dans les escaliers et pour descendre des camions et des bennes (ne pas sauter),
    • Maintenir le sol propre et sec,
    • Éviter la précipitation lors des déplacements dans les couloirs et escaliers ; ralentir lorsque le sol est accidenté ou encombré,
    • Emprunter les accès conçus à cet effet,
    • Porter les équipements de protection individuelle, c'est-à-dire des chaussures appropriées et les changer lorsqu'elles sont usées ou inadaptées au travail,
    • Alerter dès lors qu'un danger se présente.

 

Auteur : Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Gard.

Liens

 

Si vous souhaitez participer à cette rubrique en soumettant des articles, ou des liens, n'hésitez pas...

 

PARTAGEZ

UNE SOCIETE A DECOUVRIR

MAGNETA
MAGNETA
MAGNETA, PME française centenaire (1908), est une ...
(en savoir plus)

L'ACTUALITE 

DERNIERS PRODUITS