inscription

Recevez chaque jeudi l'actualité des risques en entreprise,

Abonnez-vous à
la Lettre du risque

Inscription gratuite et sans engagement

Vos employés ne sont pas autant en sécurité que vous le pensez !

Le _ Catégorie : Général

Dans une entreprise, où la prévention des risques est bien en place, le sentiment de sécurité peut être faussé par 5 facteurs. Ces facteurs doivent être remis en question par les professionnels de la prévention.

Bien sûr, vous vous préoccupez de la sécurité et du bien-être de vos employés. Bien entendu, vous vous préoccupez également des coûts associés aux accidents du travail. Vous considérez donc que votre entreprise est pleine d'employés en sécurité ! N'est-ce pas ? Bien que cette dernière affirmation puisse être discutable, la question de la sécurité de votre personnel mérite un examen plus approfondi. Réfléchissons aux 5 raisons pour lesquelles les entreprises surestiment leur culture de sécurité.

1. L’Optimisme

Vous pensez naturellement que le verre est à moitié plein. Vos employés suivront les règles à la lettre et feront ce qu’il faut pour rester en sécurité. Nous devons évidemment faire confiance aux membres de notre équipe et croire en leur capacité à éviter les risques. Mais en matière de sécurité au travail, de temps à autre, il faut savoir questionner notre cette vision optimiste voire idéaliste et enfiler une casquette plus pessimiste. Pour cela, lancez une nouvelle évaluation critique de la sécurité de votre main-d'œuvre axée sur les comportements en cherchant les réponses à ces questions :

  • Est-ce que tout le monde adhère aux mêmes normes ?
  • Y-a-t-il certaines personnes qui estiment qu'elles n'ont pas à suivre les règles ?
  • Les gens sont-ils généralement d'accord sur ce qu'est un comportement prudent et sans danger ?

Lancez une conversation franche et sans détour. Par la suite, sachez remettre votre chapeau d’optimiste avec l’objectif d’un développement d'une main-d'œuvre encore plus sûre.

2. La Complaisance

Dans une organisation de bonne fiabilité, un personnel bien entrainé et expérimenté peut aisément devenir complaisant. Tout le personnel a bien suivi la formation requise en matière de sécurité au travail. Lors de votre revue annuelle vous avez pu reporter quelques observations sur le comportement en matière de sécurité, mais rien de grave en apparence. Les indicateurs de performance sont apparemment positifs et vous pouvez regarder votre taux de fréquence pour le prouver. C'est génial ! Mais dans les faits, depuis combien de temps n’avez-vous pas évalué les comportements de sécurité de vos employés ? Ne serait-ce pas l'heure d’une piqure de rappel ? La complaisance est l'un des plus grands facteurs affectant la sécurité personnelle mais surtout la perception que l’on en a. Les employés intelligents, motivés et soucieux de la sécurité au travail peuvent être si bons à adopter des comportements sécuritaires qu'ils peuvent commencer à tenir cela pour acquis. Combien de fois avez-vous pensé : « Je n'arrive pas à croire que cette personne a été blessée ! » ; « C’est celui-qui prenait le plus de précautions ! » ?

C’est probablement le résultat d'une accoutumance et par la suite d’une diminution inconsciente et progressive de sa conscience des risques liés à son activité. Il ou elle ne se rend pas compte de ce qui se passe, et vous ne le réalisez peut-être pas non plus. Cela peut être un angle mort majeur pour certaines personnes, qui sont plus enclines à être trop sûres d'elles au fil du temps. Plus la date de remise à jour de votre sensibilisation à la prévention des risques est lointaine, plus il est probable que la complaisance se développe au sein de votre entreprise.

3. Se concentrer sur les blessures plutôt que sur l'exposition

Il se peut que vous ne suiviez pas vos presqu’accidents et vos situations dangereuses. Bien qu'il soit indispensable de suivre et d'accorder de l'attention aux blessures qui se produisent, il est également important d'avoir une bonne idée de combien de fois par jour vos employés sont exposés à des situations dangereuses. Après analyse vous constaterez que la plupart des accidents et blessures se cachent dans une " zone grise " de vos presqu’accidents et situations dangereuses. Si vous leur appliquez un suivi aussi rigoureux et cohérent que les autres évènements et que vous attribuez un pourcentage de risque à chacun d'eux, vous pourrez par la suite mieux prédire vos chances de futurs incidents de sécurité. Vous constaterez peut-être que vous avez beaucoup plus d'accidents évités de justesse que vous ne le pensiez. Vous pouvez également constater qu'ils sont causés par des circonstances et des actions que vous n'auriez jamais crues critiques. Une fois que vous aurez examiné ces circonstances et ces actions, vous découvrirez peut-être que certaines sont liées à certaines attitudes ou hypothèses qui doivent être prises en compte afin de réduire réellement les expositions de vos employés à l'avenir.

4. Attribuer les incidents au hasard plutôt qu'au comportement

Les quelques incidents que votre équipage a connus récemment étaient des événements imprévisibles où les planètes ont dû s'aligner parfaitement et leur permettre de se produire. Vous pensez qu’ils n'arriveront plus jamais. Il est très facile de voir de nombreux incidents de sécurité de cette façon. C'est certainement plus facile que de blâmer les membres du service ou bien vous-même. Examinez vos incidents et analysez la chaîne d'événements qui a mené à ces incidents. Habituellement, il s'agit d'une série de quatre ou cinq actions à risque qui mènent à un événement. Maintenant, demandez-vous si chacun de ces quatre ou cinq comportements peut se produire un même jour donné, combien de temps faudra-t-il pour que ces quatre ou cinq choses s'alignent et contribuent à un évènement de sécurité ? Lors de cette analyse, abordez tous les dangers ou conditions qui facilitent ces comportements et identifiez les employés impliqués dans ces actions spécifiques.

Y-a-t-il quelque chose dans leur Culture Sécurité qui contribue à leurs mauvais choix et aux comportements à risque ? Ayez une conversation honnête et constructive avec eux à ce sujet. Ces types d'activités proactives peuvent aider à renforcer chaque ligne de défense contre de futurs incidents ou blessures. 

5. L'effet de la supervision

Plusieurs membres de votre équipe peuvent penser différemment et agir de façon plus sécuritaire en votre présence parce que vous êtes la personne en charge de la sécurité de l’entreprise. Que se passe-t-il quand vous n'êtes pas là ? Est-ce que tout le monde suit toujours les règles ? Est-ce que tout le monde fait encore preuve de prudence et reste en contrôle de son exposition aux risques quand personne ne regarde ? Auparavant on disait : « Le patron arrive, ayez l'air occupé ! » Comme la sécurité au travail devient de plus en plus importante pour les organisations, c'est souvent plus du genre : « Le patron arrive, vite, mettez vos EPI ! ». Bien heureusement, vous aurez toujours des employés qui respectent les règles de sécurité que vous avez fixé sans avoir besoin de supervision. Mais n'oubliez pas qu'il peut y en avoir d'autres dont le comportement change lorsque le patron est là. En fin de compte, seule une solide Culture Sécurité contribuera à réduire ce problème. Mais en attendant, examinez les personnes dans votre collectif et évaluez leurs attitudes en matière de sécurité. Si un employé a le bon comportement sécuritaire, il ou elle sera plus susceptible de travailler de façon autonome et en toute sécurité, peu importe qui est présent.

 

Site web spécialisé dans la prévention des risques professionnels.

PRECEDENT   article  SUIVANT

Réactions...

El filali, le :

Excellent

 

Vos commentaires sont les bienvenues

Nom ou pseudo :
Email :
(reste confidentiel)
Commentaire :
Antispam :

Les champs obligatoires sont indiqués avec des

PARTAGEZ

UNE SOCIETE A DECOUVRIR

CYBERLABO
CYBERLABO
Cyberlabo reconnue pour son expertise auprès de l...
(en savoir plus)

L'ACTUALITE 

NOUVEAUX PRODUITS & SERVICES